Quelles sont les conséquences en milieu scolaire ?

22

Depuis que le modèle monarchique traditionnel de la classe a été contesté, plusieurs réponses ont été proposées à la fameuse question : « Comment gérer l’ignorance dans les écoles aujourd’hui ? « Ils partagent le point de vue selon lequel un aspect essentiel de l’éducation est la conquête de l’autonomie et que l’autodiscipline est un objectif prioritaire.

A lire aussi : Comment calculer le partage des vacances scolaires ?

L’évolution du concept de discipline

Montessori estime que la discipline est le résultat des lois naturelles, des principes du travail et de la liberté. L’objectif de Dewey est de former des citoyens responsables dans une république où les enfants participent à l’élaboration des règles et se sentent responsables de leur application. Freinet écrit que la discipline « est la conséquence naturelle d’une bonne organisation du travail coopératif… et qu’il n’y a un désordre que s’il y a des défauts dans l’organisation du travail ou lorsque l’enfant n’est engagé dans aucune activité qui répond à ses souhaits et à ses capacités ». Les partisans de la pédagogie institutionnelle estiment qu’un désordre momentané est une étape indispensable à la fin de laquelle le groupe trouvera les modalités institutionnelles appropriées.

Ces théories ont conduit à une évolution du concept de discipline, passant de la discipline imposée à la discipline approuvée et à l’autodiscipline. C’est du progrès, parce que l’enfant est considéré comme un sujet et un futur citoyen et devient plus efficace, parce que les règles sont mieux respectées si les élèves estiment qu’ils y ont adhéré librement.

A lire en complément : Comment justifier une absence scolaire ?

Néanmoins, ces théories ne sont pas exemptes de contradictions d’ambiguïtés et sont difficiles à appliquer. En fait, l’autodiscipline et l’autonomie sont des objectifs, pas des points de départ et des objectifs probables à long terme. En outre, c’est presque une contradiction en termes d’enfant autonome, parce que l’autonomie est précisément l’une des est les principales caractéristiques de l’adulte. La première formation sera toujours de fixer des limites. Dans la salle de classe, l’enfant doit être sûr que vous ne pouvez rien faire, et l’enseignant est le garant de ce qui se passe. L’enseignant fera certainement ce qui est nécessaire pour maîtriser indiscipliné dans l’environnement scolaire. En fait, l’autorité de l’adulte lui donne la sécurité dont il a besoin pour pouvoir travailler.

Promouvoir l la conception d’un citoyen des règles de vie

Les règles sont initialement comprises par les jeunes enfants comme des limites imposées de l’extérieur et indiscutables. Mais ils sont acceptés dans la mesure où ils viennent d’un adulte bien-aimé et admiré. Expliquer aux enfants, dès le plus jeune âge, les raisons pour lesquelles ils sont imposés, les aide à développer ce point de vue et à réaliser qu’ils ne sont pas une expression d’un désir arbitraire de l’adulte, mais un ont une justification.

L’objectif de l’école est d’amener les enfants à la conception des règles et des lois d’un citoyen. Concept juridique qu’une loi est un accord négocié au sein d’un groupe pour vivre le mieux. L’enfant doit comprendre que cet accord est adaptable, mais une fois conclu, il s’applique de la même manière à tout le monde. Et que quiconque viole la règle et viole les droits d’autrui affaiblit également ses propres droits.

Échange avec les étudiants sur les droits et devoirs de chacun. Et avec eux, faire une liste de règles de vie et de fonctionnement de base les aide à construire ce nouveau concept de droit. Les règles autour desquelles la vie de la classe est construite devraient être peu, claires et précises. Il s’agit de règles de courtoisie, de maîtrise linguistique, de règles qui fixent le principe selon lequel le dialogue doit remplacer les insultes et les combats, et certaines règles concernant le travail.

Sanction, nécessité de réaffirmer la règle

En cas de violation, la punition est une nécessité de confirmer clairement la règle violée. Sinon, le groupe peut rapidement se désorganiser. Néanmoins, le recours aux sanctions pose problème. Les psychologues comportementaux avaient déjà montré que les punitions ne sont pas vraiment efficaces et ont des effets secondaires négatifs. Ils ont proposé d’utiliser de préférence d’autres procédures pour lutter contre les comportements indésirables, tels que l’extinction (suppression de la récompense attachée à ce comportement et aide à les maintenir : c’est souvent l’attention que l’adulte les porte), ou la récompense pour un comportement souhaitable qui est incompatible avec un comportement indésirable.

Les instructions officielles régissent également rigoureusement l’utilisation des sanctions. Mais il y a un écart considérable entre la théorie et la pratique. Malheureusement, les enfants 3-4 ans à la maternelle sont souvent privés de l’utilisation de jeux pendant les loisirs comme une punition pour un comportement perturbateur ou agressif dans la salle de classe. Ces châtiments répétitifs deviennent entre l’enseignant et l’élève une sorte de rite totalement inefficace qui ne peut que conduire à un dégoût précoce de l’école.

Utiliser un système de sanctions finement gradué pour gérer indiscipliné dans les écoles

Il est normal que les enseignants blessent la consolation avec la question des sanctions, parce que c’était difficile. D’une part, les violations ne peuvent pas être ignorées, et dans certaines classes, elles sont nombreuses. D’autre part, les sanctions devraient rester exceptionnellement sous peine d’inefficacité et de conséquences néfastes. Certains auteurs recommandent, pour clarifier ces situations, d’utiliser un système de sanctions finement gradué qui prévoit les crimes les plus courants, qui soit rendu public et peut même être développé avec les étudiants. L’avantage d’un tel fonctionnement est que ce sont des sentiments de hasard et d’injustice évite.

Il peut être ajusté pour la violation des règles de travail (n’ont pas fait d’exercice, n’ont pas appris sa leçon). Mais est plus difficile à utiliser quand ce sont des règles de conduite qui sont violées. Elle présente également l’inconvénient de ne pas tenir compte des circonstances particulières de l’infraction qui pourraient justifier une modulation de la peine. La peine a priori neutralise le caractère éducatif de la sanction. En effet, ce qui est éducatif, c’est de penser avec l’enfant à la violation et à ses conséquences, de l’écouter et de lui expliquer ce qui est refusé, afin qu’il puisse revenir à lui-même.

Comme il n’est pas possible de proposer une liste de sanctions recommandées, certaines caractéristiques des sanctions qui prétendent avoir des vertus éducatives peuvent être soulignées. Ils ne sont pas humiliants. Ils comprennent une procédure de réparation.

Le p vengeance de l’indiscipliné, l’alternative idéale à la gestion indisciplinée dans les écoles

L’idéal est que le climat de la classe est tel que les violations des règles et donc les sanctions sont rares. Ils disent d’un maître qui parvient à établir une telle situation qu’il a autorité. Il est en effet dans la prévention indisciplinée qu’il y a des différences entre enseignants. Il est faux de penser que l’autorité essentiellement une question de personnalité de l’enseignant. D’une part, le Les compétences relationnelles, comme les autres compétences sont probables acquérir eux-mêmes. D’autre part, le maintien de la discipline dans la salle de classe est avant tout un cas de l’institution et de la gestion pédagogique.

L’une des raisons de l’augmentation Les problèmes de discipline sont l’affaiblissement général des normes l’établissement scolaire. Appareils efficaces non seulement à partir du point de du point de vue de la discipline, ainsi que du point de vue de l’apprentissage sont ceux qui, pour diverses raisons (environnement privilégié, volonté de gestion), parviennent à élaborer un règlement commun qui bénéficie d’un solide soutien de chacun des enseignants.

D’autre part, des travaux récents sur l’observation du fonctionnement des différentes classes confirment l’intuition de Freinet. Les modalités d’organisation du travail sont la variable la plus déterminante pour maintenir l’ordre et l’ordre dans la salle de classe. Everdson et Bucket identifient les enseignants qui sont de bons organisateurs et d’autres qui sont mauvais organisateurs. Les premiers sont caractérisés par le fait qu’ils établissent clairement les règles. Ils fournissent des conseils spécifiques, formulent explicitement les attentes à l’égard du comportement des élèves, répondent de manière cohérente aux élèves et répondent rapidement aux lacunes. Les mauvais organisateurs utilisent des règles vagues qui ne peuvent pas être consolidées. Ils donnent des indications inexactes, communiquent leurs attentes ambiguës, ignorent souvent les différences des élèves, n’indiquent pas les conséquences et réagissent lentement et de manière cohérente.